Personnes âgées, et habitat en zones rurales isolées

Lors du vote du budget 2017, suite à l’intervention de Geneviève Darrieussecq, Chantal Gonthier prend la parole pour faire part de son inquiétude envers les personnes habitant dans le rural isolé et la transition avec les outils numériques.

Si je faisais un parallèle avec les MARPA (maisons d’accueil et de résidence pour l’autonomie) car ce qui me gêne c’est que les MARPA ont rencontré un obstacle : c’est la quasi-obligation de médicaliser ces établissements, car les personnes ne voulaient pas aller en EHPAD. C’est pour ça qu’il faut des unités de vie suffisamment petites et qui doivent se rapprocher plutôt d’un habitat regroupé, parce que les personnes qui ont intégré les habitats regroupés, et elles ont aussi intégré l’idée que c’était un passage et une transition, et que forcément sans doute plus tard, elles devraient rejoindre un EHPAD. Alors si vous prenez un établissement beaucoup plus éloigné et beaucoup plus important, ces personnes-là ont effectivement des difficultés après à redéménager ou à rejoindre un EHPAD.

Alors ce qui m’importe, c’est le rural isolé, et dans le rural isolé ce qui m’importe, c’est de ne pas perdre le lien social avec ses amis, ses voisins, sa famille. Et je pense que la dimension d’un groupe, d’une commune ou d’une intercommunalité est totalement pertinente. Si je rapproche ça des projets que vous avez, et notamment si on pense à la fracture numérique que vivent ces personnes-là dans le rural isolé, ça sera bien plus facile de les équiper dans ces unités ou dans ces habitats regroupés qu’à leur domicile, parce que je vous rappelle l’un des grands inconvénients, c’est la difficulté pour ces personnes de se connecter à Internet. Ça leur crée un stress énorme que de devoir avoir une offre et un abonnement. C’est aussi la 3G qui, même sur la tablette, où on n’a pas forcément du réseau, et pour Internet c’est le débit est insuffisant… Ce sont toutes ces choses-là qui traversent le rural isolé et pour lequel il faut faire attention. Alors j’entends bien qu’il y a des expérimentations, comme les tablettes numériques. Mais ces expérimentations se font avec des personnes qui aux 2/3 ont déjà une adresse mail : je ne voudrais pas que les personnes en rural isolé cumulent les difficultés.