Golf de Tosse et tourisme dans les Landes

Dans les débats sur le vote du budget 2017, Geneviève Darrieussecq et Lionel Camblanne prennent la parole au sujet du golf de Tosse, et expliquent les raisons de l’abstention sur le volet tourisme.

Geneviève Darrieussecq – Sur un plan général, effectivement, une étude sur le golf serait souhaitable, car il serait intéressant d’avoir un état des lieux et des conclusions.
Nous maintenons ce que nous avons dit : sur le principe, un golf pourquoi pas, du moment qu’il est financé par du privé.
Deuxième question, ce sont les questions environnementales. Un golf est une grosse machine à absorption d’eau, et on sait très bien que nous sommes dans des situations où nous travaillons beaucoup sur les rivières, sur l’eau, sur une ressource de plus en plus rares, qui peut être polluées par des intrants, et qui nécessite que nous ayons une réflexion beaucoup plus aboutie sur tous ces sujets, qui se présentent à nous mais qui sont très importantes pour les générations à venir.

Pour une explication du vote : nous nous étions abstenus l’an dernier sur ce dossier, et nous ferons pareil cette année, puisque que nous n’avons toujours pas d’éléments.

X. Fortinon – Je trouve votre expression modérée, et je vous en remercie. D’autres publications parlent de « dialogue territorial fantoche ». […]

Lionel Camblanne – Concernant les écrits de notre groupe, j’assume totalement : pas une seule fois les élus du territoire du Marensin Sud n’ont été invités à s’exprimer, en terme de dialogue. Moi-même j’avoue tout à fait que mon opinion et notre opinion a évolué, dans le sens où j’avoue avoir été convaincu par certains acteurs du secteur que un golf en tant que tel pouvait créer une synergie avec les golfs existants. Après, il faut bien définir quel type d’équipement serait pertinent. Mais il n’empêche que oui, j’ai parlé de « dialogue territorial fantoche » car je le pense très sincèrement, étant donné que pas une seule fois les élus du territoire n’ont été invités à ce sujet.