Tribune 04/2016 – Et si on essayait d’y voir clair?

Tribune du Groupe Couleurs Landes, dans le XL Mag n°39.

Revisitons l’action publique !

Les budgets des départements, comme ceux de toutes les collectivités, sont et seront de plus en plus contraints. Des dépenses sociales de plus en plus importantes et des recettes limitées en raison de la baisse des dotations de l’Etat (23 millions d’euros en moins entre 2013 et 2017 pour notre département), réduisent considérablement les marges de manœuvre.

Augmenter la fiscalité peut paraître une facilité, mais s’avère difficile à contourner, y compris pour le département des Landes (5% prévus pour 2016) qui assumera lui aussi l’impopularité fiscale que le gouvernement a transférée aux collectivités !

L’application de la loi NOTRe pose question. La Région peine à se structurer et la nouvelle répartition des compétences entre chaque collectivité fait toujours débat.

Dans ce contexte contraint budgétairement et instable du point de vue des compétences des uns et des autres, l’exécutif départemental nous propose une feuille de route ne tenant compte d’aucun de ces nouveaux paramètres !

Le bon sens voudrait qu’en ce début de mandat, nous revisitions nos politiques publiques. Par exemple en élaborant un schéma de développement départemental avec l’ensemble des présidents des Communautés de communes et d’agglomération des Landes. C’est ensemble et de façon partagée que nous devrions définir les grandes lignes de l’avenir de nos territoires.

C’est aussi pourquoi notre groupe Couleurs Landes a demandé la création d’une commission d’information et d’évaluation concernant l’action départementale dans de très nombreux organismes extérieurs (Syndicats mixtes, SEM, SPL…). Faire un bilan financier global de la participation du Conseil départemental dans ces structures et une évaluation des effets des politiques qui y sont développées, devrait permettre une réflexion prospective argumentée pour l’avenir.

Le département devrait se recentrer sur ses compétences prioritaires, et parmi celles-ci l’aménagement du territoire. L’accès au numérique, haut débit et très haut débit partout, doit être un enjeu à 5 ans et non à 10 ans comme prévu par la majorité départementale. Nous avons déjà un retard conséquent. Il s’agit là simplement de lutter contre les fractures territoriales en donnant à chaque « coin des Landes » les mêmes chances de développement de l’économie, de l’emploi, des services à la personne, du télétravail, de la télémédecine… et aussi tout simplement de permettre l’usage d’internet par les habitants dans leur vie quotidienne.

 

Laisser un commentaire