Couverture de la piscine d’Aire-sur-l’Adour (X. Lagrave)

En avril 2016, Xavier Lagrave répond à Henri Emmanuelli, qui l’avait vertement critiqué lors de ses vœux 2016, sur une proposition de participation à la couverture de la piscine d’Aire-sur-l’Adour.

À l’occasion des vœux du personnel, vous nous avez dit que les bras vous en tombaient parce que j’avais soi-disant proposé la couverture de la piscine d’Aire-sur-l’Adour au détriment du projet de Tosse. Je pense que le Rapporteur que je crois connaître a, encore une fois, déformé mes propos.
Ce que je disais, c’est que si l’on estimait que le projet golfique ou hôtelier – on l’appelle comme on veut – de Tosse participait au développement économique, au développement touristique, au développement démographique d’une région, on pourrait s’interroger sur le financement de la couverture d’une piscine à Aire-sur-l’Adour parce que ce serait un outil attractif qui valoriserait notre territoire pour accueillir un peu plus de monde, améliorer notre démographie, notre qualité de vie. Nous n’avons pas la chance d’avoir la mer et nous avons un peu moins de touristes. C’était dans ce but-là que j’en avais parlé.
Mais je dois vous avouer que je suis quand même très optimiste puisque, dans ce budget 2016, nous avons validé la couverture des boulodromes. Je ne désespère donc pas que, rapidement, nous parlions de la couverture des piscines municipales.