Subventions au sport professionnel dans les Landes (G. Darrieussecq)

Geneviève Darrieussecq intervient en Conseil Départemental en octobre 2015 en réponse à Henri Emmanuelli, pour demander de meilleures aides en faveur du sport professionnel dans les Landes, en particulier pour aider l’US Dax.

Vous me permettrez de ne pas être tout à fait neutre aujourd’hui, mais d’essayer de l’être dans cette Assemblée et de soutenir l’Union Sportive Dacquoise en redisant ce que j’avais dit lorsque nous avions voté les mêmes crédits pour le Stade Montois Rugby. Je pense que le Département n’aide pas à hauteur bien importante le sport d’élite. Ce sont des entreprises avec des emplois et il y a un véritable enjeu de développement social autour de ces sports, de communication intergénérationnelle. Je crois que c’est un vecteur social important sur nos territoires, en dehors du fait que ce sont des sports dits professionnels, mais qui ne sont pas très aidés. Je redis pour Dax, en toute neutralité, ce que je disais pour Mont-de-Marsan.

[…]

Je crois que certains Parlementaires souhaitaient légiférer pour justement arrêter ces aides publiques au monde sportif professionnel. Cela peut faire débat et c’est une question qui peut se poser, mais il faudrait qu’il y ait des règles bien définies parce que, selon ce que veulent porter les élus dans chaque territoire, on se retrouve avec des différences très importantes, avec des Départements qui soutiennent massivement certains clubs, d’autres qui ne les soutiennent pas… C’est vrai que c’est au choix de chacun, mais cela fait une véritable différence d’approche et cela met certains clubs en difficulté, d’emblée, par rapport à d’autres.

[…]

Je crois que si l’on arrivait à aider correctement la mise en place d’infrastructures, on serait certainement plus efficace qu’en donnant de l’argent public de fonctionnement.
Ensuite, pour ce qui est des salaires, je les connais un petit peu à Mont-de-Marsan. Ils sont loin d’être à la hauteur de ce que l’on peut imaginer, dans nos clubs landais en tout cas. Très, très loin.